1000 kilomètres à travers l’Islande

IMG_20171117_174732_698

Ce voyage en Islande s’est un peu décidé sur un coup de tête.
Les billets d’avion n’étaient pas très cher, alors avec ma pote Maxine, on s’est dit « Pourquoi pas? ».

On est parties de Francfort avec la compagnie Wow Air. C’est un peu le « Ryan Air » de l’Islande.
Dans ces gros avions violets, pas d’écran, pas de repas ni de boissons inclus, il faudra payer si l’on a faim et rien prévu à manger (et c’était notre cas, et payer 9€ le petit panini c’est toujours très apprécié).
Les sièges sont assez étroits, mais pour le prix et la durée du vol, c’est bien suffisant. 

Un vol Francfort – Reykjavik dure 3h40.
Il y a 2h de décalage horaire avec la France. S’il est 14h00 à Paris, il sera 12h00 en Islande.
Nous sommes parties en Novembre, période parfaite pour voir les Aurores Boréales.

Parmi tous les voyages que j’ai fait, c’est certainement celui-ci qui était le moins organisé. Et c’est certainement un de mes préférés.


↓ Je vous propose notre itinéraire détaillé, jour par jour, avec des conseils, des photos et des anecdotes !


DAY 1. Keflavik, Blue Lagoon & Reykjavik

IMG_20171114_152750_254


La vue de l’avion avant l’atterrissage donne le ton. Le sol est blanc. Juste blanc. Partout. 

C’est impressionnant.
En sortant de l’avion, à Keflavik, on se rend vite compte que le froid n’est pas juste une impression.
A la seconde où la porte s’ouvre, un vent glacial s’engouffre dans l’appareil. Il faut marcher un peu pour rejoindre le seul terminal de l’aéroport.
Les contrôles de sécurité à l’aéroport sont inexistants. Pas une fois on ne nous a demandé nos passeports.

L’aéroport de Keflavik est situé à environ 50 km de la capitale.
Pour rejoindre Reykjavik, il est possible de faire le trajet direct en navette, ou de prendre un bus qui fait le trajet Aéroport – Blue Lagoon puis Blue Lagoon – Reykjavik.

Pour aller au Blue Lagoon, il faut réserver à l’avance, et choisir son heure d’arrivée.
Les prix varient entre 70 et 200 euros selon la formule choisie.
Avec la formule comfort qu’on avait choisi, une boisson, une serviette, et 2 masques pour le visage étaient inclus.

 

 


Avant d’arrivée au Blue Lagoon, on passe par ce chemin magnifique où la couleur de l’eau est à peine croyable. La température de l’eau de cette rivière naturelle doit avoisiner les 38°.

Interdiction d’emmener sa valise dans l’enceinte du Blue Lagoon, il faudra payer un casier à l’entrée et n’emporter que le strict nécessaire avec soi.
Il faudra aussi obligatoirement prendre une douche et se « laver » les cheveux avec l’après-shampoing fourni.

 

 

Nous avions réservé pour 17h, en pensant avoir pas mal de temps pour profiter de l’endroit. Il y a une chose que nous n’avions pas prise en compte, en Islande, en Novembre, à 17h, il fait déjà nuit noire.
C’était quand même très agréable, même si l’expérience aurait sûrement été différente en plein jour.

Il faut savoir que la température de l’eau du Blue Lagoon est à 40°, et qu’à l’extérieur, il faisait seulement 1°.
Le contraste est assez perturbant. Il a même neigé pendant qu’on était dans l’eau presque trop chaude.

Un bar est accessible dans l’eau, ainsi qu’une station de masque pour le visage. Un des masques est à volonté, l’autre doit être compris dans la formule d’entrée choisie.
Il y a aussi un restaurant dans l’enceinte du Blue Lagoon.

Mes conseils :

  • Emmenez votre shampoing et après-shampoing habituel avec vous, ainsi qu’une brosse à cheveux. Nos cheveux sont restés dans un état lamentable pendant une semaine après le Blue Lagoon.
  • Réservez pour une entrée tôt dans la matinée, et à faire lors de son dernier jour en Islande plutôt que le premier.
  • Prenez avec vous une GoPro waterproof ou alors une protection de téléphone qui ne craint pas l’eau. Il serait dommage de ne pas pouvoir prendre de photos de cet endroit magnifique, ou de mouiller son téléphone.

Après cette escale au Blue Lagoon, un bus nous attendait à l’extérieur pour nous emmener à Reykjavik, la capitale islandaise.

FUN FACT : En Islande, le bus de l’aéroport qui nous a emmené à Reykjavik nous a demandé le nom de notre hôtel. En effet, le bus s’arrête devant l’hôtel de chaque passager, un peu comme un taxi. C’est parce qu’il y a très peu de transports en commun et que marcher de la gare routière à son hôtel avec ses bagages sous le froid serait un peu fastidieux.
Très pratique !

Pour le 1er soir, nous avons dormi à l’auberge « Oddsson ». Parfait pour une nuit. Le petit déjeuner n’est pas inclus dans le prix de la chambre, mais le Wi-Fi l’est.

DAY 2. Golden Circle : Þingvellir, Öxarárfoss, Kerið, & Geysir 

Pour la suite du Road-Trip en Islande, on a loué un camper van.
On s’en était occupé la veille du départ en Islande… Alors on a pris le seul disponible
 parmi tous les loueurs : Grand Iceland Luxury Transport
Camper Van Islande ← Lien pour réserver ( Grand mini camper NV200 ).

Faire un Road-Trip en Islande sans voiture, ou sans passer par un tour organisé est très compliqué. Il n’y a pas de système de transport en commun qui relie chaque ville, où qui passe aux alentours de toutes les choses à voir.
Il est possible de faire du stop. Plus le temps est mauvais et plus les gens auront tendance à s’arrêter. Par contre il faut être prêt à attendre longtemps, surtout en hiver. Certaines routes sont très peu fréquentées. Mais ce n’est pas dangereux. 

Le gérant de l’agence de location est passé nous cherché à notre auberge en début de matinée pour nous emmener dans ses bureaux, signer le contrat de location.
On a pris un van avec option Wi-Fi (oui, dans le van !) et un adaptateur électrique pour recharger nos téléphones.
Ce sont des vans très bien aménagés avec un lit, des draps, tout le nécessaire pour cuisiner, un petit robinet, quelques rangements, et surtout UN CHAUFFAGE.
En Novembre en Islande, il fait froid, les températures peuvent descendre jusqu’à -5° pendant la nuit alors un chauffage est indispensable.
Il se recharge en roulant, et dure environ 7h pendant la nuit sans avoir besoin d’être alimenté.
Il y a aussi une petite lampe, et une glacière électrique.

C’est pas aussi confortable qu’une vrai chambre mais on n’a jamais eu froid dans la nuit.

 

 

Première étape du Road-Trip, le Golden Circle.
C’est le circuit touristique le plus emprunté d’Islande. En une journée et environ 250 km, il permet de visiter les attractions les plus emblématiques du pays et avoir un aperçu de sa richesse.
De nombreux tours organisés proposent ce circuit.

Il faut savoir que l’on n’a pas vraiment suivi le Golden Circle à la lettre, on s’est arrêté quand on avait envie, aux endroits qui avaient l’air beaux.

On a commencé par s’arrêter à la cascade d’Öxarárfoss puis on s’est rendues au parc de Þingvellir.

 

 

Il a beaucoup neigé ce premier jour. Le ciel bleu n’a pas fait son apparition de la journée et tout était plutôt gris. Mais ça ne nous a pas empêché de profiter de ces magnifiques chutes d’eau et de la vue panoramique que nous offre le parc naturel de Þingvellir.

Ensuite, direction le volcan Kerið !

 

 

La couleur de l’eau au centre du volcan est turquoise en été et très contrastée avec la végétation très verte autour. En hiver, c’est un peu beaucoup moins visible.
On ne se rend pas bien compte de la taille de cet endroit, mais c’est vraiment gigantesque.

On a terminé la journée par un endroit vraiment impressionnant : Geysir !
Un geyser est un type particulier de source d’eau chaude qui jaillit par intermittence en projetant à haute température et à haute pression de l’eau et de la vapeur.

 

 

FUN FACT : Le terme geyser provient du nom du plus célèbre geyser d’Islande, nommé Geysir, situé à Haukadalur,  au sud de l’île. Ce nom est dérivé du verbe islandais gjósa/geysa (en français jaillir). 

Il faut savoir qu’en Islande en Novembre, le soleil se couche à … 16h00. Du coup les journées sont très courtes et ne permettent pas de faire beaucoup de visites.

Par contre, les couchers de soleil y sont magnifiques.

 

 

Cette nuit-là, on l’a passé dans le van, sur le parking du restaurant près des geysers. Il était censé y avoir un camping dans cette zone, mais en Novembre, il était fermé.

DAY 3. Gullfoss, Eyjafjallajökull, Skogafoss, Reynisfjara &Vik


Si les deux premiers jours de Road Trip étaient géniaux, le reste allait le devenir encore plus. Il faut vraiment sortir des sentiers battus en Islande, et ne pas hésiter à s’arrêter souvent, suivre les petits routes.

La cascade Gullfoss fait aussi partie du Golden Circle.
Il s’agit d’une magnifique cascade de 32 mètres de haut pour  70 mètres de large. Si l’on est chanceux, il est possible d’apercevoir un arc-en-ciel au dessus.

IMG_20171116_152030_358

Il est compliqué d’arriver à prononcer certains mots en Islandais.
Leur alphabet est légèrement différent du notre, et savoir d’instinct dire un mot comme « Eyjafjallajökull » peut s’avérer très difficile.
Parce que j’ai eu beaucoup de mal avec ce mot, je vous donne la façon de le dire à l’Islandaise : « ET YA FIAT LA YEU KEUTL ».

Il s’agit en fait d’un volcan toujours en activité. Sa dernière éruption remonte à 2010.
On est passé à côté en voiture, pensant qu’il serait possible de voir le cratère, mais sans succès !

FUN FACT : Ce mot ne vous est peut-être pas inconnu puisqu’il s’agit du titre d’un film français avec les acteurs Dany Boon et Valérie Bonneton !

Skogafoss est une l’une des plus grandes cascades islandaises (il y en a environ 10 000 en tout).
Il est possible de se garer sous tout près de la cascade pour l’observer, mais il est aussi possible de monter quelques beaucoup de marches pour une vue plus panoramique.
Très sincèrement, en plein mois de Novembre et avec 5°, on s’est contenté de la regarder d’en bas.
Il faisait vraiment très froid ce jour-là. Il y avait une tente juste à côté de la cascade, plantée dans la neige et honnêtement, on s’est demandé comment c’était possible de dormir dehors par ce temps.

 

 


La prochaine étape : une plage de sable noir !
Il s’agit de la plage de Reynisfjara, à côté de la petite ville de Vik.
C’est l’un de mes endroits préférés en Islande. Presque irréel. Le sable est noir, complètement noir. Ce qui contraste énormément avec la blancheur de l’écume des vagues.
Le sable a cette couleur parce qu’il s’agit en fait de lave !

 

 

 

FUN FACT : Une scène de Game of Thrones a été tournée sur cette plage ! Dans la saison 7 épisode 5, on voit Jon Snow arriver sur la plage par bateau; ainsi que dans l’épisode 6.
Énormément de scènes de Game of Thrones ont été tournées en Islande.

La ville de Vik, ou Vík í Mýrdal pour les intimes, est juste à côté de la plage.
En 3 jours, c’est la première ville que l’on voit.
Il y en a très peu en Islande, la plupart de la population est concentrée à Reykjavik.
On en a profité pour s’arrêter faire le plein, et surtout faire les courses !
Il faut savoir que même si le van était équipé d’un réchaud, sans allumettes ou briquet, impossible de l’allumer. On a donc fait sans. Et la plupart de nos repas étaient composés de pain, jambon, mayonnaise ou de chips. Que des aliments qui ne nécessitent pas de cuisson.

Les supermarchés sont rares en Islande, il vaut mieux faire le plein avant de partir, surtout pour les réserves d’eau.
La nourriture est très chère, notamment les produits importés. Il y a peu de restaurants sur la route, mieux vaut toujours avoir de quoi manger avec soi.
Il est arrivé que l’on roule plus de 2h sans voir quoi que ce soit, ni supermarché, ni station essence, ni rien. Juste une interminable ligne droite, sous la neige.

On a dormi dans le van à Vik, près d’une petite Église, très pittoresque.

DAY 4. Diamond Beach, Svínafellsjökul & Jökulsárlón 

La journée a commencé par la visite d’un glacier, Svínafellsjökull. Encore un nom imprononçable et pourtant, celui-ci est à ne pas manquer.
Époustouflant, épatant, magnifique ! Ce glacier avait l’air irréel.
Moitié glace, moitié terre, on ne sait plus où regarder.
Le glacier ressemble à du marbre.

Plusieurs personnes ont disparu en tentant d’escalader ce glacier et n’ont à ce jour, pas été retrouvées.
Il est possible de faire ce genre d’activité avec un guide, mais les prix sont vraiment très élevés.

 

 

Une autre plage de sable noir, cette fois-ci un peu différente de la première : « Diamond Beach », ou la plage aux diamants.
Elle tient ce nom des morceaux de glace posés sur le sable. On dirait des diamants. Ces blocs de glace proviennent d’un glacier, ils se sont détachés et ont dérivé jusqu’à la plage.

C’est un coin très paisible et très beau. C’est aussi l’endroit que choisissent beaucoup de couples pour réaliser leurs photos de mariage.

 

 

FUN FACT : Un avion s’est écrasé près de cette plage. Il est possible d’aller le voir de plus près, mais il faut marcher 2,5 km. Est-ce que ça vaut le coup ? Oui. Est-ce qu’il faisait vraiment trop froid pour marcher dehors sous une tempête de neige ? Aussi. 

A quelques centaines de mètres de Diamond Beach, se trouve un autre glacier, Jökulsárlón.
Il est un peu plus touristique que celui visité précédemment dans la journée. On y trouve un bâtiment regroupant une boutique, une petite épicerie, et un centre de visites du glacier. Pour marcher à travers ce glacier, il faut compter dans les 200 euros. Les activités en Islande sont chères, et la beauté du paysage se suffit à elle-même pour apprécier le pays.

Ce glacier n’est pas inoccupé !
Des dizaines de phoques nagent dans les eaux glacées autour des formations de glace.
Il est possible de les observer en prenant un peu de hauteur.
Il faisait très froid, et prendre des photos était un challenge. Sortir les mains de ses gants pour appuyer sur l’objectif valait tout de même le coup.

 

 

Après avoir assisté à un magnifique coucher de soleil (à 16h30), on a décidé de passer la nuit sur place, dans le van.
Généralement en Islande, peu importe l’endroit où l’on choisit de poser son van ou sa voiture pour dormir, cela ne pose pas de problèmes. Il faut simplement être respectueux des lieux.

 

 

 

DAY 5. Kálfafell, Vik, Reykjavik, Garður & Keflavik

Dernier jour en Islande, il faut faire la route retour jusqu’à l’aéroport.
On n’a pas eu le temps de faire le tour de l’île, c’est dommage, mais en 5 jours c’est impossible, à moins de ne jamais s’arrêter.

En Islande, on trouve des chevaux sauvages un peu partout, notamment sur le bord des routes.
C’était le cas à Kálfafell.
Ils sont en quasi liberté.
Une petite boîte est mise à disposition des passants, avec quelques morceaux de nourriture pour chevaux à l’intérieur. On en prend, et on laisse une pièce, quelques « Icelandic Krona« , puisque là-bas la monnaie n’est pas l’euro mais la couronne islandaise.

 

 

 

Après cette pause douceur avec les chevaux, il a fallu reprendre la route vers Vik, pour faire un plein d’essence et quelques courses pour la journée.
L’essence est chère, environ 1.65 euros par litre.
Il faut toujours penser à vérifier que l’on a assez d’essence pour tenir jusqu’à la prochaine station service, rester bloquer sur le bord de la route pour une panne d’essence risquerait de gâcher les vacances.

Quelques heures plus tard, nous voilà à Reykjavik. Une visite de la capitale s’impose.
Le centre-ville est assez mignon, plutôt petit et assez pittoresque.
On est évidemment passé devant Hallgrímskirkja, l’emblématique église d’Islande à la forme d’orgues basaltiques. Il fallait payer pour visiter l’intérieur, alors on s’est contenté de faire pipi dans les toilettes publics du monument !

 

 

 

FUN FACT : Il existe un musée bien spécial à Reykjavik. Le musée phallologique. Il s’agit de l’étude des phallus de mammifères. Le musée a pour objectif de rassembler des spécimens de pénis de chaque mammifère existant en Islande. Il expose également des spécimens provenant d’espèces non acclimatées en Islande, ainsi que diverses œuvres d’art consacrées au pénis.

Avant de rentrer en France, on voulait ramener des souvenirs. Le seul magasin que l’on a trouvé était situé dans un centre commercial.
Il s’agit du centre commercial Smáralind. Un H&M se trouve à l’intérieur, et les vêtements vendus sont très différents de ceux qu’on peut trouver en France !

Pour finir la journée, et après 5 jours de sandwichs et de boîte de thon, nous sommes aller tester quelques spécialités locales.
Il faut savoir qu’en Islande, les plats les plus réputés sont à base de … tête de mouton, ou même de foie de mouton.
Mais on trouve aussi des hot-dogs, et plus original, de la soupe dans du pain !
Le restaurant que l’on a testé avait une ambiance assez bonne franquette, un peu cosy, c’était Icelandic Street Food. Leur spécialité, c’est le Bread Bowl. Malgré le prix très élevé pour une louche de soupe dans une miche de pain (15 euros), c’était excellent.

 

 


On a fini la soirée au Hard Rock Café de Reykjavik, avant de contacter l’agence de location pour savoir comment rendre le Camper Van.
On était censé le déposer à l’agence de location, puis qu’un des employés nous conduise à l’aéroport, mais le gérant nous a simplement dit de garer le van au parking de l’aéroport et de laisser les clés à l’intérieur.
Le taux de criminalité est tellement bas en Islande que laisser sa voiture ouverte sur un parking ne choque personne là-bas.

Ca nous a beaucoup arrangé puisque notre vol retour était à 4h du matin, on a donc pu faire quelques kilomètres de plus dans le van pour tenter de voir des aurores boréales.
Le mieux est de trouver un endroit non pollué par la lumière, et le phare de Garður semblait idéal.
On peut observer des aurores boréales en Islande entre Septembre et Avril.
Malheureusement pour nous, cette fois-ci n’a pas été la bonne, et on n’a pas pu en voir durant ce Road-Trip.
De nombreuses compagnies de bus proposent des tours à la soirée pour voir les aurores boréales. Pour la plupart, si vous n’en voyez pas pendant le tour, vous êtes remboursés du prix du billet, ou vous avez la possibilité de refaire le tour gratuitement un autre jour.

Après avoir déposé le van sur le parking de l’aéroport, c’était l’heure de décoller pour la France et de dire au-revoir à l’Islande, ce pays si différent du notre.


L’Islande est un pays qui m’a toujours attiré et j’ai été vraiment conquise par la beauté de cet endroit. 5 jours c’était court, mais on en a pris plein les yeux.
Même si j’adore voyager seule, je conseille d’aller en Islande avec quelqu’un pour partager cette aventure, surtout en hiver. Le soleil se couchant à 16h, les soirées peuvent être très très longues dans le van, surtout si on est seul. Il y a beaucoup de route à parcourir, et à seul cela peut être fastidieux voir décourageant.

J’espère y retourner très bientôt, pour une durée plus longue cette fois-ci, probablement 2 semaines, histoire d’avoir le temps de faire un tour complet de l’île.
J’aimerai beaucoup y aller en été, pour revoir tous ces paysages sans la neige et le froid polaire, et qui sait, cette fois-ci je verrais peut-être des aurores boréales…

A suivre, un article sur le coût de ce voyage, et des conseils pour dépenser le moins possible !